mardi 18 décembre 2012

le grand pavot du monde

L'homme qui penche est le très beau journal de Thierry Metz, résultant de deux séjours volontaires dans un hôpital psychiatrique, deux ultimes tentatives pour se redresser, quelques semaines avant de cesser d'écrire et de choisir de disparaître en avril 1997. J'aime particulièrement le morceau 56, écrit au Centre hospitalier de Cadillac, en Gironde, début 1997 : 
On se croirait parfois assis dans une charrette, dans la campagne, un jour de moisson. Le soleil nous chauffe et même Claude s'est assoupi contre une épaule. Ça sent bon. On cahote sur le chemin de terre et pas une maison, nulle part.
On regarde le grand pavot du monde — très rouge.
Personne ne discute. Le cheval avance lentement. Il ne manque que du vin blanc. Et l'itinéraire.

2 commentaires:

  1. Ne pas oublier de remercier P.granadel du conservatoire d'Angoulême et la femme de Thierry Metz invitée à l'occasion des vendredis du conservatoire il y a deux semaines pour nous avoir permis de découvrir cet auteur si sincère, sensible et discret...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai malheureusement pas pu être présente à cette lecture.
      Merci d'avoir apporté cette précision (et ce remerciement bien mérité !) au sujet des lectures qui ont lieu les premiers vendredi du mois au Conservatoire de musique d'Angoulême.

      Supprimer

Ecrire un commentaire :