mercredi 2 janvier 2013

la parole à...



... Basile, deuxième jour de l'année : "Depuis que je suis tout petit, ça a toujours été pareil : tout pour mon frère aîné, et rien pour moi. A lui la vedette, les ovations, les cadeaux, les boites de chocolat et les bisous, et moi, rien, comme si je n'existais pas. J'ai dû faire un sacré travail pour accepter toute cette injustice. Heureusement, j'ai bien été aidé par les fleurs, le soleil, les nuages, la pluie, les oiseaux, les fourmis, qui ne font aucune différence entre mon frère aîné et moi !"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire un commentaire :