lundi 28 mars 2016

ramasser les feuilles

Dans la rue, j’ai vu un homme, caparaçonné et armé, en guerre contre les feuilles mortes : c’était bruyant et triste aussi. Je me souviens qu’enfant, dans le jardin, avec un grand râteau je ramassais les feuilles tombées du cerisier. Elles formaient un chaleureux tas, invitant à une nouvelle dispersion. Quand je ne cédais pas à cet appel, j’attrapais des brassées de feuilles odorantes et craquantes, légères comme plumes, que j’enfournais dans un grand sac. L’herbe verte et humide réapparaissait, mais il flottait alors dans le jardin une légère tristesse. Nous regrettions un peu les feuilles, n’est-ce pas ?




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire un commentaire :