dimanche 5 février 2012

anémones au bar

Parfois, au bar du Coq d'Or, dans le brouhaha et la fumée, le regard d'un client effleure le vaste bouquet d'anémones. Une grande question sans mot se pose alors, sans inquiétude. Puis, la conversation reprend, entre deux verres de vin, ou de bière, mais quelque chose de doux s'est répandu dans les coeurs, imperceptible, et soudain vous n'avez plus peur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire un commentaire :