lundi 4 janvier 2010

mais où sont les glaces Pelayo ?

Bonjour les enfants, les glaces Pelayo sont là ! Quand le haut-parleur de la camionnette qui passait dans le quartier lançait son cri tentateur, nos coeurs se mettaient à battre à tout rompre. Imaginez : il fallait localiser la voiture du marchand de glaces, courrir soutirer un peu d'argent aux parents toujours occupés à des broutilles, et retrouver la camionnette avant qu'elle n'ait changé de quartier. On ne quittait pas de l'oreille cette voix comme descendue du ciel, un défi à notre débrouillardise : bonjour les enfants, les glaces Pelayo sont là ! Oui, mais où, exactement ??? On dirait qu'elles sont derrière chez la mère Michounet.... Une folle course contre la montre s'engageait. Rien à voir avec le fait d'aller chercher son esquimau dans le congélo de la cuisine. Je n'hésite pas à le dire : les glaces Pelayo ont forgé une vraie génération d'aventuriers, à laquelle je suis fière d'appartenir. Je n'ai trouvé sur la toile autre trace de cette éprouvante épopée estivale rémoise que cette estafette, mais ce n'est pas du tout la voiture Pelayo que j'ai connue. La mienne était dorée et tirée par huit chevaux ailés.

5 commentaires:

  1. what a difference a pelayo made ? ouf ! je le sais maintenant : à forger des filles aux nerfs d'acier et aux mollets de bronze ! Ah, les belles aventurières en jupe plissée et en socquettes blanches ! Tout un gros nuage de ces petites fées affolées et virevoltantes qui déboulent dans les carrefours à fond les gamelles, et tout ça pour quoi ? une simple glace Pelayo à la vanille, ou à la framboise… « Dites, Monsieur, vous n'en auriez pas plutôt aux fruits de la passion !? » Lariflette.

    RépondreSupprimer
  2. Dans La Complainte du Sentier, de Satyajit Ray, il y a le très beau passage où les enfants voient passer le marchand de bonbons,vite entouré par les enfants des riches, t'en souviens-tu ?
    Et à Shanghaï, là ce sont des souvenirs, nous devions avec maman, marcher le long de Nankin Road, très longtemps, avant d'atteindre le marchand de glaces qui soulevait un couvercle en métal formé de cercles concentriques, plongeait le bras dans un élément fumant (donc magique) pour en extraire une merveilleuse boule de vanille ! L'extase !

    RépondreSupprimer
  3. Ah les glaces Pelayo...

    RépondreSupprimer
  4. Quelle nostalgie dans les années 60 70 de voir la 2cv et la dame qui vendait les glaces à 1 2 et 3 francs pendant l'été

    RépondreSupprimer

Ecrire un commentaire :