samedi 2 mars 2013

les fraises

Les fraises sont arrivées à l’étalage du hypermarché.  Dans leurs boites rigides, nez rouge glacé, derrière blanc. Déracinées et ratiocinées, sans mémoire de la terre, sans empreinte du vent, n’ayant connu ni pluie, ni nuit. Nous attendons les belles de mai, molles ébouriffées à l’étal du marché, vermeilles chaudes qui roulent en jetant sur nos lèvres des sucs étoilés. 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire un commentaire :